Le numérique en liberté

papillon

Liberté

nom féminin (latin libertas, -atis)

État de quelqu’un qui n’est pas soumis à un maître : donner sa liberté à un esclave.
Situation de quelqu’un qui se détermine en dehors de toute pression extérieure ou
de tout préjugé :
avoir sa liberté de pensée.
(Dictionnaire Larousse)

papillonPour un monde numérique en liberté

Depuis plus de 10 ans RyXéo s’est fait porte parole d’une informatique libre, ouverte à tous et maîtrisée par ses utilisateurs. Cette liberté peut prendre plusieurs formes.

papillonLa liberté de choisir

Les ordinateurs et autres appareils de communication (téléphones, tablettes…) sont généralement vendus avec des logiciels pré-installés. Le consommateur n’a donc pas le choix des applications et notamment du système d’exploitation qu’il veut utiliser. Il paie alors pour quelque chose qui ne lui convient pas ou dont ils n’a pas besoin.

papillonLa liberté en ligne

Dans notre monde ultra connecté où le numérique est devenu indispensable au quotidien, se passer des services en ligne est devenu difficile voire impossible. Pendant leur navigation les internautes laissent quantité de traces de leur passage (identité, activité…). Le danger du contrôle et de l’utilisation de ces données collectées par les opérateurs du « Cloud Computing » n’est pas négligeable et bouleverse la notion de vie privée.

« La vie privée est tout bonnement abolie lorsque les gouvernements surveillent ceux à qui vous parlez, où vous allez et ce que vous lisez ».
(Richard Stallman, initiateur du logiciel libre et militant pour la liberté en ligne)

papillonLe logiciel libre

On parle de logiciel libre quand, grâce à un accès ouvert à son code source, l’utilisateur est autorisé, techniquement et légalement, à le copier, l’exécuter, l’étudier, le modifier, l’adapter à un besoin spécifique et pour finir le dupliquer afin de diffusion ou d’édition.

papillonLes ressources libres

Les licences Creative Commons sont une alternative légale qui assouplissent la propriété intellectuelle. Elles sont fondées sur le droit d’auteur classique qui incite à garder l’exclusivité sur la totalité de ses droits (tous droits réservés).
Les licences Creative Commons, en revanche, encouragent à n’en conserver qu’une partie (certains droits réservés) pour favoriser le partage.
En 2002 lors de sa mise en œuvre, cette idée s’appliquait essentiellement à la culture. Aujourd’hui elle a séduit d’autres activités telles les sciences, l’éducation…
cc-by-sa